Changement d'adresse !

Ce blog a changé d'adresse, vous allez être automatiquement redirigé dans quelques secondes. Si ce n'est pas le cas, visitez
http://www.neonet-france.com
. Pensez à mettre vos favoris à jour. :-)

feedburner
Entrez votre adresse email :

Fourni par FeedBurner

Add to Google Reader or Homepage Add to netvibes http://www.wikio.fr Subscribe in NewsGator Online Suivez moi sur Twitter Rejoignez ma communauté sur MyBlogLog !

Mon avis sur l'accord Google-Yahoo

Tags : , , , ,

Rappel des faits : En juillet dernier, alors que Yahoo était en pleine discussion avec Microsoft pour un éventuel rachat de la firme par le géant des logiciels, Google a créé la surprise en annonçant un accord publicitaire avec Yahoo!, fauchant ainsi l'herbe sous le pied de Microsoft. Le contrat en question permettrait à Google d'afficher ses publicités sur le réseau de Yahoo.


Depuis, de multiples organisations et entreprises, Microsoft à leur tête, ont dénoncé cet accord comme étant contraire aux règles de la concurrence, craignant un monopole absolu de Google dans le marché de la publicité en ligne. Bien entendu, Google a riposté (ici, ici, et , et aussi ici, et puis ) pour défendre cet accord. Voyons leurs arguments...

Question : L'accord Goolge-Yahoo! aura-t-il pour effet d'augmenter le prix des annonces ?
Réponse de Google : Ni Google, ni Yahoo! ne fixent les prix, qui sont déterminés par un système d'enchères dans lesquelles les annonceurs enchérissent selon l'importance qu'a une annonce à leurs yeux.


En clair, le prix des publicités que vous voyez sur les pages de recherche Google ou sur une multitude de sites est fixé par les annonceurs via des enchères sur des mots-clés. Par exemple, si je veux que ma publicité apparaisse quand quelqu'un recherche "internet", je devrai payer plus que les autres qui veulent également se placer sur ce mot-clé. Jusqu'à là, tout va bien !

"Ni Google, ni Yahoo! ne fixent les prix" - non, mais ils peuvent l'influencer :

Ce que Google a oublié de dire, c'est qu'ils ont récemment modifier ce système d'enchères... Avant, l'enchère était basée sur le "prix minimum" pour que ma publicité apparaisse, sur n'importe quel emplacement (comprenez n'importe où dans les pages de recherche Google). Maintenant, le système est basé sur le "prix minimum de première page", qui indique le prix que je devrai payer pour que mon annonce apparaisse en première page des résultats.

En quoi est-ce "vicieux" ? C'est tout simple - n'ayant plus accès au prix minimum classique, je vais uniquement me focaliser sur ce prix de première page, comme tout le monde, ce qui va induire une augmentation de ce prix (logique).

L'accord Google/Yahoo! n'a rien à voir la dedans, me direz-vous. Pas directement, c'est vrai... Mais on peut penser que les clients du réseau publicitaire de Yahoo! vont migrer vers Google, puisque de toutes façons, Google affichera sur Yahoo! (on y reviendra plus tard). Il y aura donc beaucoup plus de clients chez Google. Qui dit plus de clients, dit plus de concurrents, dit des enchères plus agressives, dit des prix qui s'envolent.

Question : Cet accord est-il pénalisant pour la concurrence ?
Réponse de Google : Au contraire. Cet accord - contrairement à la proposition d'achat de Yahoo! par Microsoft - signifie que Yahoo! reste entièrement indépendant dans le marché de la recherche et de la publicité en ligne. Yahoo! a annoncé vouloir réinvestir les revenus générés par ce partenariat pour améliorer ses services et pouvoir concurrencer Google, Microsoft, et les autres sociétés.


Question : Certains prétendent que Google et Yahoo détiendront ensemble 90% du marché de la publicité en ligne. Est-ce vrai ?
Réponse : Non. Cet accord n'est en aucun cas une fusion. Yahoo! continuera à gérer son propre moteur de recherche, et son propre programme publicitaire. Yahoo! bénéficiera des publicités de Google dans les situations où ils n'en ont pas à afficher, et décident eux-mêmes de l'espace qu'ils veulent allouer à Google.


Comme le souligne Micheal Arrington sur TechCrunch, le problème de Yahoo! n'a jamais été un manque de financement, et plus d'argent n'a jamais aidé Yahoo! à améliorer ses services.

Alors est-ce pénalisant pour la concurrence ? Oui et non. Comme le précise Google, l'accord lui permet simplement d'afficher ses publicités sur les sites et partenaires de Yahoo. Ce n'est pas une fusion, ni un rachat - Yahoo! reste indépendant et libre de conclure des accords similaires avec d'autres régies publicitaires... Pour le moment.

Que se passera-t-il lorsque la majorité des publicités présentes sur Yahoo! proviendront de Google ? Bien sûr ce n'est pas pour tout de suite, mais cela arrivera sans doute (pourquoi passer par Yahoo! quand utiliser Google me permet d'afficher à la fois sur Google et sur Yahoo ?). Que se passera-t-il si Google souhaite renégocier le contrat avec Yahoo! à ce moment là ? Que va faire ce dernier ? Rompre le contrat et voir s'envoler une grande partie des publicités ? J'ai bien peur que non.

Mais peu importe, en fait. On est bien forcé de reconnaitre que le programme publicitaire de Google est de très bonne qualité (même si il a tendance à de moins en moins rapporter pour les sites de son réseau AdSense). Avec ou sans Yahoo!, Google atteindra (ou a déjà atteint) un quasi-monopole dans ce domaine... Sauf si une autre entreprise propose un programme bien meilleur. C'est là où la concurrence entre en jeu - si Yahoo! compte sur Google pour la publicité, ce n'est pas eux qui vont révolutionner le système (pour quoi faire ?). Et à part Yahoo! pour concurrencer Google au Etats-Unis, il n'y a pas grand monde au portillion. Ah, si, Microsoft... On est pas sorti ! ;-)

Question : Cela aura-t-il des conséquences sur les éditeurs de sites web ?
Réponse de Google : ???


Sur ce point, Google ne s'est pas exprimé, et on comprend pourquoi... Certes le prix pour afficher de la publicité est (en partie) fixé par les annonceurs eux-mêmes, mais qu'en est-il des revenus générés par cette publicité pour les éditeurs du réseau AdSense ? Et bien je vous le donne dans le mille, c'est Google qui choisit.

C'est là que cet accord est réellement problématique. Google fixe le pourcentage des revenus à reverser aux éditeurs de son réseau. Si Google obtient le monopole, il pourra sans crainte diminuer la part des éditeurs pour se remplir (encore plus) les poches.

En conclusion...

Quand je relis ces lignes, je me dit que je donne une image bien négative de Google. Ne vous méprenez pas, j'aime beaucoup Google, et leurs services innovants, gratuits, et libres ont toujours été particulièrement bénéfiques pour l'univers du web. Ce que je n'aime pas, c'est les situations de monopoles quand celles-ci entraînent des abus.

Leur monopole sur la recherche en ligne ne me dérange pas vraiment, celui-ci ayant été obtenu grâce à la qualité ce service et pas par des rachats et accords. Par contre, un monopole sur la publicité serait plus embêtant. Je ne pense pas que cet accord mérite vraiment toutes les inquiétudes qu'il suscite. Si vous avez attentivement lu mes arguments, dans la plupart des cas, je parle d'un futur hypothétique. S'il est clair que Google désire ardamment être le numéro 1 des services Internet, je ne pense vraiment pas qu'il veuille nuire aux internautes. Mon avis est qu'ils ont une idée bien précise de ce que devrait être Internet, et qu'ils font tout pour y parvenir (avec un certain succès).

Que Yahoo! tire partie de Google pour fournir la publicité n'est pas dérangeant dans l'immédiat. Ce qui m'inquiète un peu, c'est la suite des évènements. Je crois honnêtement que Google est sincère quand il dit vouloir faire ça en partie pour améliorer le web, voire pour aider Yahoo!. Mais, et si Google changeait de direction, si ils changeaient d'avis sur la question ? Une fois en situation de monopole, dur de s'y attaquer.

_____________

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à
nos flux et aider à sa promotion sur ces sites !





1 commentaires:
gravatar
Cécile a dit…
22 septembre 2008 à 19:50  

Très bon article !
Histoire à suivre...

Enregistrer un commentaire

Article plus récent Article plus ancien Accueil